Après une expérience enrichissante et forte de sens lors de mon stage en écriture et dramaturgie cinéma au CIFAP de Montreuil de juin à Août 2017, stage de formation qui m’a permis de recentrer et de repositionner ma pratique cinéma. Il m’a paru nécessaire de créer et d’organiser à Brazzaville sur le même modèle, un atelier d’écriture et de réalisation cinéma : Les ATELIERS TRAIT D’UNION. Dont la première édition a permis à un certain nombre de cinéaste débutant de faire leurs premières armes et de confronter leurs désirs de film à d’autres sensibilités.

Cet atelier s’adresse à des auteurs réalisateurs débutants désireux de faire leurs premiers pas dans le monde du cinéma.

C’est un atelier de création, de partage de connaissance et de discussion du cinéma d’auteur, d’art et d’essai.

Ils visent entre autre à favoriser la création d’œuvres cinématographiques locales à travers une proposition d’accompagnement et de développement de projet personnels dans le cadre du budget et du temps impartis c’est à dire en 3 semaines.

Ce projet se fera en deux volets : l’atelier proprement dit, et la restitution publique des travaux lors d’une soirée.

Les Ateliers Trait- d’Union permettront à chacun des participants :

– D’évaluer son idée et de le faire aboutir en un scénario de court métrage de fiction. Partir de l’idée à la réalisation.

– De participer à un espace de discussion et d’analyse (séance de travail, échanges avec les participants, et visionnage de film.)

– De faire évoluer son projet cinéma via une réécriture du film et ainsi franchir, grâce à cet atelier, une étape décisive dans le processus de mise en forme de son projet de film.

OBJECTIFS DES ATELIERS

Les ATELIERS TRAIT D’UNION ont pour objectifs :

– La compréhension des fondamentaux théorique de la dramaturgie en fiction.

– La capacité à présenter un script de manière professionnelle.

– L’expérience et la confiance en soi engagée par l’écriture d’un premier projet de film qui sera ensuite réalisé en atelier et présenté au public.

– La maîtrise des enjeux spécifiques de l’écriture de dialogues, grâce à la confrontation avec des comédiens de la place.

– Le tournage des courts métrages écrits en ateliers.

ÉCRITURE CINÉMA :

Écrire un film c’est réussir à transformer une histoire en un récit structuré et maîtrisé avec ses passages obligatoires, ses bascules, son point de non-retour, ses nœuds dramatiques, son climax, la scène orgasmique qui va marquer la fin du cheminement du héros et la réalisation de son objectif initial, en n’oubliant pas de projeter le spectateur au firmament du bonheur. Cela requiert une connaissance approfondie des bases et techniques d’écritures de scénario par la structure en 3 actes, de l’annonce paiement respecté, et de l’ironie dramatique.

Cette étape prendra 7 jours et sera consacré, en matinée, à l’aspect théorique de la dramaturgie cinéma classique appuyé sur des exemples de film qui seront projetés, à des discussions et des réflexions autour du cinéma en général et de sa pratique au Congo.

Chacun des cinq candidats devras venir avec une idée de film court de fiction (de 5 à 10 mn) qui sera retravaillé en ateliers où l’artiste sera confronté dans sa pratique de l’écriture cinéma à ses réelles intentions, à la caractérisations des personnages, à la trame de son histoire aux enjeux dont il sera question et au cœur de son histoire.

L’écriture sera ici la base de ces ateliers, les candidats apprendront par différentes techniques les notions de bases de la mise en forme d’un récit cinématographique de sa structuration dans l’espace et le temps. Comment donner un sens à un cadre ? Un son ? Une image ? Un décor ?

La deuxième étape de 10 jours sera consacrée à la réalisation des 5 courts métrages par les 5 stagiaires.

EXERCICES DE TOURNAGES

Au cours des Ateliers, plusieurs exercices de mise en pratique cinématographiques seront proposé aux participant afin d’optimiser et d’aiguiser leurs regards.

Après les différentes séances et exercices d’écritures et de réécritures, chaque participant sera en effet emmener à tourner son film avec l’aide des autres participants.

Il sera aidé et accompagné bien sûr par son encadreur, mais chacun des participants devras prendre part à la faisabilité du film des autres participants tantôt en tant que réalisateur, cadreur, preneur de son. Mettre en place un système de rotation des différent postes, de sorte que sur les cinq tournages, que tel participant ai eu a occupé un poste de cadreur, de preneur de son sur tel ou tel autres tournages, et qu’un autre qui était réalisateur devienne, régisseur ou cadreur sur tel autre tournage.

Ceci afin de permettre à chacun de se faire une idée de chaque poste de responsabilité lors d’un tournage, des difficultés qu’il va rencontrer, du temps de tournage impartis, des imprévues, et le plus important faire prendre conscience que le cinéma est aussi un art collectif, et que sur un tournage c’est tout d’abord des rapports humains que l’on gère.